Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://l1.yimg.com/bt/api/res/1.2/R5W.uddnZAxi1lvKOIR1Eg--/YXBwaWQ9eW5ld3M7Zmk9aW5zZXQ7aD0xNDA7cT03NTt3PTI1MA--/http://media.zenfs.com/fr_FR/News/maxisciences/le-dernier-tigre-de-tasmanie-en-captivite-est-decede-en-septembre-1936-l-espece-a-ete-declaree-eteinte-par-l-uicn-en-1982-et-en-1986-par-la-tasmanie_63716_w250.jpg

 

Le tigre de Tasmanie est considéré comme éteint depuis 1936. Mais des zoologistes prétendent que des témoins auraient aperçu le célèbre mammifère. Ils auraient également retrouvé des fèces qui pourraient appartenir au thylacine.

 

À l'image du saola, observé pour la première fois depuis 15 ans dans une forêt vietnamienne, le tigre de Tasmanie pourrait-il aussi faire sa réapparition ? Considéré comme éteint depuis 77 ans, le thylacine (son autre nom) n'aurait pas encore réellement rejoint le dodo dans le clan des animaux disparus. Il serait ainsi bel et bien vivant. C'est du moins ce qu'affirme un groupe de naturalistes britanniques.

Ces scientifiques du Centre for Fortean Zoology qui entendent bien confirmer leurs dires sont d'ailleurs, actuellement, en Tasmanie, à la recherche de preuves censées attestées que l'animal vit toujours. L'espèce a été déclarée éteinte, il y a bientôt 80 ans, lorsque le dernier individu est mort au Zoo de Hobart, le 7 septembre 1936.

 

Des preuves de vie ?

Néanmoins, les chercheurs disposeraient déjà de plusieurs preuves de la présence des thylacines, dans plusieurs régions assez reculées du Nord-Ouest de la Tasmanie. En effet, selon les zoologistes, des témoins qualifiés de "très crédibles" auraient aperçu l'animal, rapporte The Guardian. Ajouté à cela, de nombreux échantillons d'excréments pouvant appartenir à ce mammifère auraient été découverts dans les mêmes régions.

Ces derniers sont conservés dans de l'alcool et ont été envoyés à des laboratoires pour une analyse ADN. Mais Richard Freeman, directeur du Centre for Fortean Zoology, n'aurait "aucun doute sur la présence de cette espèce dans les zones isolées de la Tasmanie". D'après lui, "ces régions sont si reculées, il y a tellement d'espèces-proies et nous avons énormément de témoins qui connaissent bien la zone".

 

"Je pense donc qu'il existe toujours une population considérable de (...)
Lire la suite sur maxisciences.com


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article