Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://www.annyas.com/screenshots/images/1952/plaisir-title-still.jpg

Des chercheurs lèvent le voile sur ce qui se passe dans la tête d'une femme quand elle fait l'amour.

Pour la première fois, une équipe de scientifiques a constaté que la stimulation des zones érogènes féminines active des zones bien distinctes dans le cerveau. Mais aussi que la stimulation d'une seule zone érogène peut déclencher en cascade l'activation de plusieurs zones du cerveau.

 

Des chercheurs dirigés par le professeur Barry R. Komisaruk de l'université de Rutgers dans le New Jersey ont observé au moyen d'un scanner IRM ce qui se passait dans le cerveau de onze femmes en bonne santé, âgées de 23 à 56 ans, lorsqu'elles stimulent elles-mêmes leur clitoris, leur vagin, leur col de l'utérus ou leurs tétons. Les résultats de leurs travaux viennent d'être publiés dans le Journal of Sexual Medicine. La stimulation de chacune de ces quatre régions entraîne des réponses visibles à l'IRM dans le cortex sensoriel, une sorte de bandeau de tissu cérébral situé sur la partie supérieure du crâne et qui s'empare le premier de toutes les informations en provenance de la surface du corps.

 

Les chercheurs ont observé et localisé dans le cerveau toutes les réponses aux sensations perçues par les femmes lors de la stimulation du clitoris, du vagin, du col de l'utérus et des tétons. Ils ont constaté qu'une seule région érogène stimulée peut déclencher l'activation de plusieurs zones du cerveau. La stimulation des tétons, par exemple, active, comme prévu, la zone du cerveau correspondant à la poitrine, mais, à leur grande surprise, active aussi celle associée à la zone génitale. Voilà qui expliquerait pourquoi certaines femmes prennent tant de plaisir grâce à une simple stimulation des seins.

 

Première cartographie du plaisir féminin

Cette découverte donne tort à ceux qui prétendent qu'une femme qui atteint l'orgasme après une stimulation vaginale a forcément eu son clitoris stimulé indirectement. En fait, elle prouve le contraire. Les femmes ont bel et bien plusieurs moyens de parvenir à l'orgasme, sans passer par la case clitoris. Les chercheurs ont reporté leurs résultats sur l'"homoncule sensoriel", un schéma de projection de toutes les parties du corps humain dans le cortex, pour réaliser la première cartographie du plaisir féminin.

 

Si, dans les années cinquante, les scientifiques avaient déjà localisé des zones liées aux organes génitaux masculins dans le cerveau, les premières données concernant la localisation des organes génitaux féminins dans le cerveau ne sont apparues que l'an dernier avec les travaux de l'University Children's Hospital de Zurich en Suisse. Ces avancées représentent un grand bond en avant pour la médecine sexuelle, car les mécanismes de la sexualité des femmes sont encore bien mal connus. Ces récents travaux ouvrent de nouveaux espoirs pour aider les femmes ayant souffert de lésions nerveuses lors d'accouchements, ou d'autres problèmes génitaux, à retrouver un jour du plaisir. On s'en réjouit d'avance.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article