Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://l1.yimg.com/bt/api/res/1.2/SIo1gjhYEQ8jHMnTh0d0DQ--/YXBwaWQ9eW5ld3M7cT04NTt3PTMxMA--/http://media.zenfs.com/fr_FR/News/MarieClaireAvantages/7dbace108tiques.jpg

 

Avec l’hiver qui pointe le bout de son nez, l’assurance maladie a décidé d’enfoncer le clou. Son nouveau message : « Les antibiotiques, si on les utilise à tort, ils deviendront moins forts. » Nous, on est d’accord. Mais sans antibiotiques, on fait comment ?

 

Se passer des antibiotiques : mode d'emploi

Le message-clé est là : moins on consommera d’antibiotiques, plus ceux-ci resteront efficaces.

Pourquoi faut-il donc éviter de trop en prendre ? A cause de la résistance bactérienne !
Notre organisme abrite normalement des bactéries sensibles à certains antibiotiques, mais aussi des bactéries qui leur résistent. Lorsque nous prenons un antibio qui ne sait pas détruire les bactéries résistantes, celles-ci vont se développer au détriment de leurs comparses sensibles au médicament.


Chaque année en Europe, 25 000 patients meurent d’une infection liée à des bactéries multirésistantes qui n’ont pu être vaincues faute de traitement efficace. Il faut donc lever le pied pour préserver notre immunité. Pas facile : nous serions 41 % des adultes à penser que les antibiotiques guérissent « tout, tout de suite »* et, conséquence logique de cette croyance, deux médecins sur cinq déclarent subir une pression de leurs patients pour en prescrire, même si ces médicaments ne sont pas nécessaires**. Parce que les antibiotiques, on peut s’en passer. Pas tout le temps, bien sûr. Et là, laissons le médecin décider sereinement de sa prescription sans lui réclamer quoi que ce soit. D’autant que beaucoup d’infections, comme le rhume ou la grippe, sont dues à des virus sur lesquels les antibiotiques n’ont aucun impact. Cas par cas, les solutions pour éviter d’en abuser.

Conjonctivite, on choisit le bon collyre

On lève le pied. La plupart du temps, la conjonctivite est virale ou allergique. Les antibiotiques seront donc le plus souvent inutiles.

Par quoi on remplace ?

Il suffit simplement d’utiliser un sérum physiologique en unidose ou de l’eau distillée additionnée de calmants comme Dos’Optrex (Laboratoires Pierre Fabre) ou Homéoptic (Boiron), ou encore un collyre composé de médicaments homéopathiques, comme Calendula officinalis aux vertus calmantes. En revanche, les collyres antiseptiques, censés éviter les surinfections bactériennes, n’ont pas fait la preuve de leur efficacité.

On s’alerte quand ?


En cas de douleur intense ou de troubles de la vision (diminution du champ visuel, mouches passant devant les yeux, vision floue…) ou lorsque la douleur est unilatérale. Vite, on prend un rendez-vous chez le médecin ou chez l’ophtalmo.

 Otite, attention au tympan

On lève le pied. L’otite est une inflammation – d’où la douleur – souvent d’origine virale liée à un rhume qu’on a pu développer les jours précédents. Chez un adulte, en l’absence de fièvre élevée, et si la douleur est modérée, pas d’antibiotique. L’otite guérit en 5 à 10 jours. Chez les très jeunes enfants (moins de 2 ans), l’otite est bactérienne dans 70 % des cas. Là, il en faut.

Par quoi on remplace ?


Une bouillotte chaude sur l’oreille peut atténuer la douleur. Si cette dernière est intense, on alterne toutes les 3 h paracétamol (1 g) et ibuprofène (400 mg). Les solutions auriculaires (contenant un anesthésique ou un vasoconstricteur), vendues sans ordonnance, ne devraient pas être utilisées sans qu’un médecin ait vérifié que le tympan n’est pas perforé (c’est une contre-indication). Chez un tout-petit, il faut lui nettoyer le nez avec du sérum physiologique et le moucher une narine après l’autre, cela suffit parfois à faire disparaître la douleur.

On s’alerte quand ?

Si cela ne passe pas au bout de 48 h, si les signes sont très intenses ou si la fièvre apparaît. En examinant le tympan, le médecin ajustera (ou pas) le traitement. (...)Lire la suite de l'article sur Magazine-avantages.fr

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article