Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://s1.lemde.fr/image/2011/02/23/540x270/1483910_3_078b_la-ville-de-christchurch-en-nouvelle-zelande.jpg

 

Christchurch, la deuxième ville de Nouvelle-Zélande, située sur l'île du Sud, a de nouveau été frappée, lundi 13 juin, par une série de secousses. Selon les premières informations, elles n'ont fait qu'une dizaine de blessés légers. Le pays avait déjà été frappée par deux importants tremblements de terre ces dix derniers mois.

A la mi-journée, la ville a subi une secousse tellurique de magnitude 5,2, avec un épicentre situé à 10 km et à une profondeur de 11 km. Quelques minutes plus tard, un autre épisode sismique s'est produit, plus violent, de magnitude 6, avec un épicentre à 14 km de la ville et une profondeur de 11 km.

 

ÉVACUATION DE LA "ZONE ROUGE"

"Ça a été une vilaine secousse. Les gens seront ébranlés", a déclaré le maire de la ville, Bob Parker. Il est encore trop tôt pour affirmer qu'il y a eu des blessés, a-t-il ajouté.

Un bâtiment s'est effondré dans le centre-ville, en grande partie déserté depuis le tremblement de terre du 22 février, mais personne n'a été retrouvé sous les décombres, a précisé à l'AFP un porte-parole de la police.

La deuxième secousse, de magnitude 6, a poussé la police à évacuer en partie un quartier de la ville appelé "la zone rouge" depuis la précédente catastrophe. Elle a demandé aux habitants de vérifier que leurs voisins et leurs proches étaient en bonne santé et a recommandé aux gens de rester chez eux. Cependant, beaucoup étaient déjà sortis pour se rendre chez leurs proches ou tentaient de rentrer chez eux.

 

Un bâtiment s'est effondré à Christchurch.

Un bâtiment s'est effondré à Christchurch. AFP/NEIL SANDS

 

TEMPÉRATURES PROCHES DE ZÉRO DEGRÉ

La compagnie d'électricité Orion a indiqué que 54 000 habitations étaient privées de courant, alors que les températures frôlent le zéro degré en cette époque hivernale.

Kelvin Berryman, responsable à GNS Science, un institut de recherche en géosciences, a prévenu qu'il fallait "s'attendre à un certain nombre de répliques d'une magnitude de 4 à 5 dans les prochains jours ou les prochaines semaines."

Le premier ministre néo-zélandais, John Key, a averti que ce nouvel épisode sismique entraverait probablement la reconstruction engagée après le tremblement de terre du 22 février. "Mais il n'amoindrira pas notre détermination à reconstruire", a-t-il ajouté.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article