Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://www.atlantico.fr/sites/default/files/imagecache/Une/apple_0.jpg

 

Aux Etats-Unis, Apple a demandé à être retirée de la certification environnementale EPEAT. Pourtant, la firme à la pomme se vante régulièrement d'être une entreprise "verte", comme elle l'a fait lors de sa campagne "green my apple".

 

Apple a depuis longtemps misé une bonne partie de sa communication et de son marketing sur l’environnement et l'écologie.

Quand on y réfléchit, cela peut faire sourire (jaune tout de même). En réalité, et malgré des efforts tout à fait réels, Apple a d’ énormes et nombreux défauts, qui la rayent de la liste des entreprises "écologiques" - si tant est qu’elles existent.

Voici quelques exemples qui montrent qu'elle ne l'est pas :

Ses produits sont conçus pour être jetables ou le désormais célèbre problème de batterie pour l'Ipod, le baladeur mp3 qui continue de faire fureur : on sait que sa batterie était programmée pour mourir au bout de 18 mois maximum, et qu'Apple ne proposait aucune solution. De même pour de nombreux produits de la firme (et des concurrents), pour lesquels l'obsolescence programmée est devenue monnaie courante.

Des produits impossibles à réparer, car fabriqués avec des composants introuvables ou même avec des vis spéciales, ce qui empêche toute réparation ou modification de l'appareil. Cette constatation est à déplorer sur toute la gamme des produits à la pomme.

Ces pratiques sont synonymes de tonnes de déchets supplémentaires chaque année. Les pouvoirs publics ont d'ailleurs leur part de responsabilité, faute d'imposer des composants uniques, comme c'est désormais le cas pour les adaptateurs ou les batteries (même si le projet est à l'étude).
 

- L'application Icloud, qui permet de stocker des données en ligne. Le stockage se fait sur des serveurs, qui fonctionnent au charbon, énergie d'un autre âge hautement polluante

Précisons que l’entreprise a promis un serveur fonctionnant à l'énergie solaire pour pallier à cette difficulté, même si le problème subsiste à ce jour. 

- Tout récemment, la perte de la certification nord-américaine EPEAT sur tous ses produits. Celle-ci récompense les efforts écologiques des entreprises informatiques et garantit un recyclage des composants électroniques des produits. Apple a demandé à l’organisme de cesser de lui attribuer des notes, se retirant de fait de la norme, car ses produits de dernière génération, comme le MacBook Pro Retina, ne sont plus conformes.

La firme à la pomme a ainsi fait le choix de privilégier la facilité et la finesse de ses écrans (en collant la batterie à l'écran) à une norme environnementale importante. Cette certification garantissait des produits moins polluants, plus respectueux et plus faciles à recycler une fois usagés. Voilà qui prouve, une fois encore, que l'économie et le marché prennent le pas sur d'autres considérations marketing.

 Les conditions de travail dans ses usines FoxConn en Chine, déplorables (bien qu’ayant été améliorées récemment), avec des employés qui travaillent au milieu des produits toxiques. Les normes environnementales étant proches de zéro, les sols ainsi que l'air sont fortement pollués.

 

 

Un contrôle plus strict et pourquoi pas un retour aux Etats-Unis pour la fabrication permettrait de régler le problème. C'est malheureusement très peu probable. Cela permettrait pourtant de réindustrialiser un pays qui souffre actuellement d'un taux de chômage sans précédent, mais aussi de redorer l'image et de limiter la casse d'un point de vue environnemental (les normes étant beaucoup plus strictes aux Etats-Unis et en Europe qu'en Asie).

Heureusement, il faut reconnaître les efforts d’Apple pour changer les choses… tout en admettant que nous sommes encore très loin du compte. Une entreprise aussi ingénieuse en terme d'innovation se doit de montrer l'exemple dans le domaine de l’environnement, qui est crucial aujourd'hui. De nombreuses entreprises high tech doivent rapidement se remettre en question : faire du business, c'est bien, le faire en respectant l'environnement: c'est mieux.

Beaucoup de questions se posent aujourd'hui au sujet d'Apple et des autres entreprises des nouvelles technologies, la principale étant : quand prendront-elles leurs responsabilités ? Si ces entreprises sont capables d'innover sans cesse dans leur domaine, pourquoi ne pas mettre l’environnement au coeur de leur processus plutôt que l'ajouter ensuite, à la case marketing, pour "faire joli" ?

Et surtout, à quoi servira notre nouveau MacBook quand il n'y aura plus rien sur terre ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article