Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://img0.mxstatic.com/tortue/illustration_30658_w460.jpg

 

Présentés le 3 Juillet à Glasgow durant la conférence annuelle de la Société  de biologie expérimentale, des travaux australiens montrent l’impact physiologique et comportemental direct d’une augmentation des températures sur certaines tortues aquatiques d’Australie, particulièrement menacées, donc, par le réchauffement climatique.


Elusor macrurus, la tortue de la rivière Mary, est endémique d’un unique bassin fluvial d’Australie. Or, les scientifiques s’inquiètent des effets prévisibles du réchauffement global sur cette espèce : après avoir incubé des œufs de cette tortue à différentes températures – 26, 29 et 32 °C – et observé les jeunes issus de leur éclosion, des biologistes de l’Université du Queensland ont observé, chez ceux couvés 32 °C,  une capacité de natation réduite et une préférence pour les eaux peu profondes.

 

"L'eau plus profonde, non seulement fournit aux jeunes tortues une protection contre les prédateurs, mais c’est aussi là que se trouve leur nourriture. Les jeunes présentant des capacités de natation médiocres et s'attardant près de la surface sont incapables de se nourrir et sont très susceptibles d'être capturés par les oiseaux. Ces résultats sont préoccupants, car les prévisions sur les changements climatiques pour la région suggèrent que des températures de 32°C, pour les nids, sont susceptibles d'être atteintes durant les décennies à venir", explique le Dr Mariana Micheli-Campbell.

 

Déjà considérée comme en danger par l'UICN à cause de la collecte de ses œufs pour les animaleries et l’introduction dans son milieu de prédateurs tels que chiens et renards, la tortue de la rivière Mary serait particulièrement sensible au réchauffement du climat, à cause de la faible profondeur de ses nids, comparativement aux tortues de mer, par exemple. Mais d’autres espèces pourraient être dans le même cas.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article