Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://l1.yimg.com/i/i/any/raidm.jpg

 

 

 

14H55 - Rattrapé par internet - Les enquêteurs ont réussi à remonter jusqu'à l'adresse IP de l'ordinateur ayant servi à contacter la première victime. "C'est comme le téléphone, quand un ordinateur veut se connecter à internet, il appelle un autre ordinateur et communique forcément son adresse IP, qui est alors enregistrée quelque part", explique Laurent Heslaut, directeur des stratégies de sécurité chez Symantec, société de sécurité informatique.

 

 

 

 

 

14h51 - LE SUSPECT N' A PAS ETE INTERPELLE- Annoncée plus tôt par plusieurs médias, Claude Guéant "dément une arrestation" du tueur présumé.

14H46 - L'Islam pas en cause - Pour le mouvement féministe Ni Putes Ni Soumises, "ce n'est pas l'islam dont il s'agit, mais de groupuscules extrémistes".

14H41 - Inquiétude latente - L'inquiétude n'a pas totalement disparu. "S'il y a quelqu'un d'autre derrière lui, on n'en sait rien. Est-ce que c'est un réseau ?", confie une Toulousaine.

14H34 - EXPLOSIFS DANS UNE VOITURE - Des "explosifs" ont été retrouvés dans la voiture du frère de Mohamed Merah.

14H21 - Fin des obsèques - La cérémonie des obsèques des quatre victimes dans le plus grand cimetière de Jérusalem, Har Hamenouhot, est terminée.

14H17 -SARKOZY SUR PLACE - Sarkozy arrive tout près des lieux où est retranché le suspect.

14H04 - Gagner du temps - Le CSA prolonge jusqu'à nouvel avis le non-décompte du temps de parole des candidats à la présidentielle s'exprimant sur les meurtres de Montauban et de Toulouse sur les télés et radios.

13H59 - Sécurité - Des tireurs d'élite ont été positionnés dans la cathédrale de Montauban pendant les obsèques religieuse d'Abel Chennouf, selon la maire UMP de la ville, Brigitte Barèges, en appui au déploiement de plusieurs compagnies de CRS et des dispositions prévues par le niveau écarlate du plan Vigipirate.

13H55 - Expertise - Historien de l'immigration interrogé par le journaliste de l'AFP Amer Ouali, Patrick Weil estime que "ceux qui voudraient utiliser ces actes ignobles pour des avantages électoraux auraient tort".

13H35 - "Pas de commission" - Jacques Remiller, député UMP, a demandé la réunion en urgence de la commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale. Son président, Axel Poniatowski, a immédiatement refusé soulignant qu'"Aujourd'hui est un jour de recueillement et de deuil" et "ce n'est de toute façon pas à la CAE de se saisir de ce problème".

13H33 - Tricolore - "Nous sommes ce matin un peuple uni au-delà des conflits de pensées et des divisions car c'est l'homme qui est en jeu et nous voulons en montrer la dignité", a déclaré l'évêque de Montauban, Mgr Bernard Ginoux, dans la cathédrale de Montauban, devant le cercueil recouvert du drapeau tricolore d'Abel Chennouf.

13H23 - Emploi du temps - L'Elysée annonce que le chef de l'Etat sera accompagné du Premier ministre, François Fillon, et des ministres Gérard Longuet et Michel Mercier à Toulouse. Nicolas Sarkozy rendra visite aux policiers blessés ce matin puis aux deux victimes hospitalisées du tueur, avant de rencontrer les habitants évacués pendant l'opération du raid et de présider, à Montauban, l'hommage national aux trois militaires prévu à 15H30.

13H20 - Impossible à prévoir - Bien que suivi depuis des années par le renseignement intérieur français (DCRI) et ses agents toulousains, ceux-ci n'ont jamais eu connaissance d'"aucun élément de nature à (faire) penser qu'il préparait une action criminelle", ajoute Claude Guéant.

13H16 - "Le 11-Septembre des musulmans de France - C'est ainsi que l'imam de la mosquée de Drancy, Hassan Chalghoumi, décrit les tueries de Toulouse et Montauban par un suspect se revendiquant d'Al Qaïda. Il confirme un rassemblement dans l'après-midi à Drancy, en présence de représentants d'organisations juives et musulmanes, pour "condamner fermement ces actes".

13H14 - LE CONTACT EST RETABLI ENTRE LE SUSPECT ET LES POLICIERS - Mohamed Merah avait cessé dans la matinée de discuter avec les enquêteurs, rappelle une source proche de l'enquête.

13H12 - Récupération - "Je sens que les politiques vont souffler sur les braises, après le halal, certains vont se servir de ces événements dramatiques pour pointer du doigt les musulmans" craint Lassaad Fkiri, vendeur dans une boucherie dans le quartier de Belleville à Paris. "Il ne faut pas se tromper de cible. Dieu ne demande à personne de tuer", rappelle ce musulman de 39 ans.

13H08 - Trafic d'armes - Nicolas Dupont-Aignan, candidat à la présidentielle, critique "le non-contrôle de nos frontières qui a transformé notre pays en véritable passoire où le trafic d'armes en provenance des diverses zones de guerre est courant". Il dénonce 'les dérapages assimilant le terrorisme, l'islam et les Français musulmans".

13H03 - Groupe sans nom - Selon Claude Guéant, le suspect s'est radicalisé "au sein d'un groupe d'idéologie salafiste, et affermie semble-t-il lors de deux voyages l'un en Afghanistan, l'autre au Pakistan". Il s'agit d'un "groupe toulousain qui n'a pas forcément de nom", composé d'une quinzaine de personnes, "un groupe idéologique, ce n'est pas un groupe qui ait jamais semblé prêt à passer à des actes criminels", a insisté le ministre.

12H57 - A Montauban, la douleur - La femme enceinte de Abel Chennouf, Caroline, est entourée des proches du militaire de 25 ans lors des obsèques de celui-ci dans la cathédrale de Montauban. Ses camarades du 17e régiment du génie parachutiste ont transporté le cercueil en et hors l'église pour la cérémonie religieuse.

12H54 - Intercession - De jeunes hommes se présentant comme des amis de Mohammed Merah arrivent près des lieux où il est retranché pour proposer d'être ses intercesseurs. La police leur demande d'attendre, rapporte le journaliste de l'AFP Nicolas Gaudichet, présent sur place.

12H52 - Terrible - "Il n'y a plus rien d'autre à faire que de se rendre. Il est dans une situation terrible, ou il va mourir ou se suicider", juge encore l'avocat qui l'a connu devant le tribunal pour enfants et l'a défendu plusieurs fois.

12H48 - Poli et courtois - Parlant d'un garçon "poli et courtois", Me Etelin décrit "un individu doux, souple et certainement pas un fanatique". "Il était dans une délinquance de droit commun, comme un vol à l'arraché, il avait volé la sacoche d'une personne dans le hall d'une banque", fait pour lequel il avait écopé d'"une peine d'emprisonnement assez sérieuse".

12H40 - COMPORTEMENT IMPREVISIBLE - L'avocat Christian Etelin, qui a défendu Mohammed Merah pour différents faits de délinquance depuis 2004 estime sur BFM-TV que "la situation est telle et ce que je sais de sa personnalité, avec certains aspects fragiles, me laissent craindre un comportement imprévisible" .

12H33 - Carrossier - Un jeune homme se présentant comme un proche venu de leur quartier d'origine pour proposer à la police de parler au suspect assure que celui-ci est "dans la carrosserie".

12H29 - Habitué au maniement des armes - Selon une source policière, Mohammed Merah, né le 10 octobre 1988 à Toulouse, aurait été récemment recalé d'une demande d'engagement au sein de l'armée. Le mode opératoire des meutres évoque quelqu'un d'entraîné et habitué au maniement des armes.

12H19 - Bricolage - Pour Dominique Thomas, spécialiste de l'islamisme radical interrogé par l'AFP, "la méthode opérationnelle et la logistique du suspect montrent qu'il dispose de peu de moyens et qu'il n'appartient visiblement pas à un réseau". "Le choix de ses cibles relève plutôt du bricolage même s'il agit de manière réfléchie", ajoute-t-il.

12H12 - Eloquent - La journaliste de France 24 qui a reçu un appel de revendication parle d'"un jeune homme très éloquent" et "très, très calme. "Il disait que c'était pour se venger de la loi contre le port du voile et aussi pour la participation de la France dans la guerre en Afghanistan et aussi pour protester contre la situation en Palestine", a-t-elle raconté sur France Info.

12H09 - Mauvais choix - Pour le représentant de l'Autorité palestinienne en France, Salam Fayyad, "il est temps que ces criminels arrêtent de revendiquer leurs actes terroristes au nom de la Palestine et de prétendre défendre la cause de ses enfants, qui ne demandent qu'une vie décente, pour eux-mêmes et tous les enfants du monde".

12H02 - Armes - Mohammed Merah a "lui-même dit aux négociatieurs qu'il avait une voiture à proximité (de l'immeuble) avec des armes entreposées", et "en effet des armes ont été aperçues dans ce véhicule", signale Claude Guéant. Selon une source proche de l'enquête, les policiers ont fait exploser cette voiture, mais le ministre ne l'a pas dit.

11H57 - Hommage - "Il doit y a voir cet après-midi une manifestation devant le mémorial de Drancy, avec des imams", selon le président du Crif Richard Prasquier.

11H55 - "Surfer sur la situation" - François Bayrou, candidat centriste, critique l'attitude de Marine Le Pen, et estime sur i-Télé que "l'extrême droite cherche à surfer sur la situation". Pour la candidate du FRont nationale, "le risque fondamentaliste a été sous-estimé dans notre pays et des groupes religieux se développent face à un certain laxisme".

11H45 - "Gardes à vue de précaution" - Claude Guéant précise que sa mère, ses deux frères et ses deux soeurs ont été interpellés. Un des frères "est engagé lui aussi dans l'idéologie salafiste", pour les autres, il s'agit de "gardes à vue de précaution", détaille le ministre à Toulouse.

11H43 - Seul ou dans un réseau ? - Le ministre de l'Intérieur reconnaît que les enquêteurs ne savent pas encore si le suspect a agi "seul, ou dans un petit groupe ou dans un groupe plus large".

11H29 - "Toute récupération serait une honte" - Mohammed Moussaoui affirme que les "musulmans de France disent aujourd'hui avec fermeté que nous n'accepterons pas que notre religion soit associée avec la violence de cette façon". A l'issue d'un rendez-vous à l'Elysée, le président du Conseil français du culte musulman souhaite "que la cohésion nationale continue à se manifester. Toute récupération des faits serait une honte. "

11H26 - Fermeté - L'OLP (Organisation de libération de la Palestine), l'Autorité palestinienne, la Mission de Palestine en France et la Délégation permanente de la Palestine auprès de l'Unesco condamnent "avec la plus grande fermeté l'odieux attentat perpétré à Toulouse".

11H24 - TOUS LES HABITANTS DE L'IMMEUBLE ASSIEGE ONT ETE EVACUES - Les habitants de ce petit immeuble de quatre étages en briques et béton étaient calfeutrés dans leurs logements, comme le leur avaient demandé les policiers, depuis le début de l'opération lancée vers 3H00 du matin pour capturer Mohammed Merah. Ils sont choqués selon la police et seront dirigés vers une cellule psychologique.

11H23 - Liens resserrés - Sur le perron de l'Elysée, le grand rabbin de France Gilles Bernheim estime que dans ce drame, "la proximité de la communtauté musulmane représentée à ce rendez-vous, notre souci d?éviter tout amalgame, resserre les liens entre la communauté juive et la communauté musulmane".

11H18 - "Condamnation unanime" - Dalil Boubakeur, recteur de la Grande Mosquée de Paris, insiste après une rencontre avec Nicolas Sarkozy, sur la "condamnation unanime du terrorisme au nom de la religion". "On ne peut pas se reconnaître dans cette forme de pratique qui n'est que l'expression de la haine, de la violence, qui n'a rien à voir avec toutes les religions que nous représentons ici"

11H16 - "LE TERRORISME NE PARVIENDRA PAS A FRACTURER NOTRE COMMUNAUTE NATIONALE" - Nicolas Sarkozy demande de "ne céder ni à l'amalgame ni à la vengeance". "La France ne peut être grande que dans l'unité nationale". Après une rencontre avec les responsables des communautés musulmanes et juives en France, le président a salué "la rapidité de l'enquête" et "félicité les services de police".

11H13 - Marche annulée - Richard Prasquier, le président du Crif, annonce depuis le perron de l'Elysée que, "bien entendu, la marche de dimanche est annulée, elle n'a plus lieu d'être". Les communautés juive et musulmane étaient appelées à un rassemblement de solidarité à Paris.

11h07 - "Mon petit" - "Depuis 04h30-05h00, heure de mon réveil, c'est le soulagement. Je l'avais dit au chef du corps où exerçait mon petit, que j'étais confiant, qu'on allait lui mettre la main dessus cette semaine", déclare le père d'Abel Chennouf, un des trois soldats tués à Montauban. "Moi ce qui m'intéresse, c'est ce que va dire ce monstre, cet assassin", confie sur RTL Albert Chennouf dont le fils attendait un enfant.

11H04 - Soulagement - François Hollande exprime son "soulagement" que le suspect ait été "identifié" et "localisé" et souhaite que "l'opération" en cours "se dénoue dans les meilleurs délais".

10H58 - "Une personne normale" - C'est ainsi que le suspect est décrit par le père d'un voisin de Mohammed Merah. En contact avec son fils coincé dans son appartement de la résidence Belle Paule dans le quartier de la Côte pavée pendant l'opération de police, il évoque "une personne normale comme n'importe qui dans la rue qui vous donnerait un coup de main pour monter un canapé. Ce n'est pas celui qui faisait le plus de bruit".

10H55 - Discours stigmatisants - Eva Joly reproche à Nicolas Sarkozy et Claude Guéant "des discours discriminants et stigmatisants". "Je pense que nous sortons d'une période de cinq années où on a monté les Français les uns contre les autres", ajoute la candidate écologiste à la présidentielle.

10H53 - LA MERE DU FORCENE, LE FRERE ET LA COMPAGNE DU FRERE SONT EN GARDE A VUE

10H52 - LE SUSPECT A ARRETE DE PARLER AUX POLICIERS - "Il ne parle plus, les conversations se sont interrompues", a dit Claude Guéant à la presse à Toulouse. Auparavant Mohammed Merah avait longuement expliqué aux policiers son itinéraire et dit "à plusieurs reprises" qu'il souhaitait se rendre.

10H44 - Délivrance - Devant le collège-lycée Ozar Hatorah à Toulouse, des parents d'élèves expriment leur "soulagement" et leur sentiment de "délivrance" de voir le suspect de la tuerie de lundi assiégé. "J'espère que cela va aller très vite maintenant, il est clair qu'il y aura un avant et un après", déclare au journaliste de l'AFP Gilles Ramel Sabine Lévy venue accompagner sa fille élève de 5e. "Les enfants avaient peur de revenir parce qu'ils craignaient que lui aussi revienne".

10H36 - Détour - Nicolas Sarkozy, qui se rend à Montauban aux obsèques des militaires tués à 15H00, "passera par Toulouse" et "rencontrera les enquêteurs afin de les remercier", a annoncé Claude Guéant.

10H30 - Combat - "Nous espérons que le gouvernement français prendra les mesures nécessaires contre les auteurs de ces crimes et fera tout ce qui est en son pouvoir pour protéger les Juifs de France, pour combattre l'antisémitisme et ses chantres", déclare le ministre israélien de l'Intérieur Eli Yishai lors des funérailles à Jérusalem.

10H26 - "Offense" - Mohammed Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman (CFCM), arrivé à l'Elysée avec le président du Crif Richard Prasquier, affirme que "les musulmans de France sont offensés par la revendication d'appartenance à l'islam" du suspect des meurtres de Montauban et Toulouse. "Ces actes sont en contradiction totale avec les fondements de cette religion".

10H23 - "Premier devoir" - "L'identification du criminel dégénéré qui nous défiait est une bonne nouvelle", déclare Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de Gauche. "Dorénavant, notre premier devoir est de lutter contre les assimilations et stigmatisations haineuses à qui cette situation pourrait servir de prétexte"

10H19 - "Minute par minute" - François Hollande "suit attentivement, minute par minute, l'opération en cours à Toulouse" indique à l'AFP Manuel Valls, son directeur de la communication, ajoutant qu'il "aura l'occasion de s'"exprimer dans la journée".

10H18 -Deuil - Des milliers de personnes endeuillées sont rassemblées au cimetière Givat Shaul de Jérusalem. Plusieurs personnalités prennent la parole, dont le président de la Knesset Reuven Rivlin, pour qui la tuerie de Toulouse a uni les communautés juives du monde entier.

10H17 - "Le sang de nos deux pays" - Alain Juppé, ministre des Affaires étrangères, souligne à Jérusalem que "d'une certaine manière, c'est le sang de nos deux pays qui a coulé à l'école Ozar Ha Torah". "Je suis venu ici au nom du président de la République et du gouvernement français pour partager la douleur des familles Monsonego et Sandler, si tragiquement éprouvées", a-t-il ajouté.

10H12 - Echange - Le suspect a demandé aux policiers "un moyen de communication avec la police", assure Claude Guéant, en précisant que le jeune homme l'a obtenu "contre un colt 45 qu'il a jeté par la fenêtre". "Il a certes jeté une arme par la fenêtre, mais il en a d'autres. Il a ce matin affirmé qu'il avait une kalachnikov, une petite mitraillette et également plusieurs armes de poing", ajoute le ministre de l'Intérieur.

10H05 - "Présumé coupable" - A propos de Mohammed Merah, le ministre de l'Intérieur parle de "présumé coupable" sur BFM-TV.

10H00 - "Pas de stigmatisation" - Jean-Louis Borloo, président du Parti radical, souhaite que l'on évite "amalgames" et "stigmatisation". "L'acte terroriste d'un homme isolé n'est en aucun cas l'expression des membres de notre communauté nationale, quelles que soient leur origines et leurs religions". L'ancien ministre salue également l"'efficacité de la police nationale et le courage des forces de l'ordre, notamment des hommes du Raid".

09H52 - Détails - La journaliste de France 24 qui a reçu un appel de revendication dans la nuit explique à Nicolas Gaudichet, journaliste à l'AFP, que son interlocuteur lui avait donné des détails sur les meurtres. Parmi eux, le nombre de balles tirées et le type d'arme utilisé. "Il s'est dit affilié à Al-Qaïda, a dit que ce n'était que le début", "que tout était filmé" et "que ce serait sur la toile prochainement".

09H50 - Gêne - La détonation entendue près de l'immeuble où est retranché le suspect proviendrait de la simple destruction d'un véhicule présentant une gêne pour la police, selon une source proche de l'enquête.

09H44 - "Germes dans la société" - François Bayrou, candidat du MoDem, souligne sur France Info qu'il existe des "germes explosifs" dans la société française et les responsables politiques doivent veiller à ce que des "conflits" ou des "affrontements" extérieurs ne soient pas "importés" dans le pays. Il déplore en outre "la facilité avec laquelle on peut faire entrer par exemple des armes sur le territoire".

09H43 - Sanglots - Au moins 2.000 personnes assistent aux funérailles à Jérusalem des quatre victimes juives, constate le journaliste de l'AFP Michaël Blum, présent sur place. Il décrit les familles assises en face des quatre dépouilles et beaucoup de sanglots pendant que le rabbin lit des psaumes.

09H40 - LE SUSPECT DIT QU'IL SE RENDRA "DANS L'APRES-MIDI" - "Actuellement, il est en train de dialoguer avec un fonctionnaire de police et il dit, je ne sais pas si c'est la vérité, qu'il se rendra dans l'après-midi", a déclaré le ministre de l'Intérieur Claude Guéant à BFM-TV.

09H37 - Identification - Des sources proches de l'enquête révèlent que le suspect a été "identifié mardi" après des recoupements entre les éléments de renseignements et ceux de l'enquête de police. Deux "listes de suspects potentiels dans les deux pistes principales retenues, celle de l'ultra-droite radicale et celle de l'islamisme radical" avaient été établies.

09H36 - LE SUSPECT EST MOHAMMED MERAH, 24 ANS, FRANCAIS D'ORIGINE ALGERIENNE -

09H34 - Deuil - Le président du Consistoire central israélite Joël Mergui, qui a accompagné en Israël les dépouilles des victimes et leurs familles à bord du vol d'El Al, a raconté une nuit "éprouvante, dans un avion totalement plongé dans le deuil". Selon lui, Claude Guéant lui-même a appelé les familles pour leur annoncer que le suspect était traqué par la police.

09H29 - Revendication - Une journaliste de France 24 a reçu un appel à 01H00 aujourd'hui d'un homme revendiquant les meurtres de Toulouse et Montauban. Il y a des éléments qui collent", "assez précis" même si "c'est encore à vérifier", a indiqué une source proche de l'enquête à l'AFP, précisant que l'appel avait duré "onze minutes".

09H28 - "Jamais signalé avant" - Gérard Longuet, ministre de la Défense, assure sur RTL que le suspect "ne s'était en rien signalé, d'une façon ou d'une autre" auparavant.

"Vivant"

09H25 - Déclaration - Nicolas Sarkozy fera une "déclaration à la presse" après le Conseil des ministres et sa rencontre prévue à 10H00 avec les représentants des communautés juive et musulmane.

09H21 - GUEANT VEUT INTERPELLER LE SUSPECT "VIVANT" - "Notre souci principal, c'est de l'interpeller et de l'interpeller dans des conditions telles que nous puissions le présenter à la justice", a dit le ministre de l'Intérieur. Notre souci, c'est bien sûr de l'interpeller vivant. Il y va du bon fonctionnement de la justice. C'est un impératif pour nous"

09H20 - DEBUT DES FUNERAILLES A JERUSALEM DES VICTIMES DE LA TUERIE DE TOULOUSE - Un millier de personnes sont présentes, constate un correspondant de l'AFP, au cimetière de Har Harmenouhot (Mont du repos), le plus grand cimetière de la ville, dans le quartier de Givat Shaoul.

09H18 - UNE DETONATION ENTENDUE PRES DE L'IMMEUBLE OU LE SUSPECT EST RETRANCHE - "On a entendu un gros boum", a expliqué le photographe de l'AFP Eric Cabanis, qui se trouvait à une centaine de mètres de l'immeuble cerné par le Raid.

09H13 - Rapatriement - "C'était un voyage très éprouvant", a dit Alain Juppé au président israélien Shimon Peres lors d'une brève rencontre à Jérusalem, selon le photographe de l'AFP Jack Guez. Le ministre des Affaires étrangères était dans l'avion transportant les corps, avec les familles des victimes.

09H04 - Guerre - "Le risque fondamentaliste a été sous-estimé dans notre pays", estime Marine Le Pen, pour qui "des groupes politico-religieux se développent face à un certain laxisme". "Il faut maintenant mener cette guerre contre des groupes politico-religieux fondamentalistes", ajoute-t-elle sur i-TELE.

08H59 - Le suspect ne veut pas se rendre - "Il semblerait" que le suspect "ne veuille pas se rendre", affirme le secrétaire général du Crif Midi-Pyrénées Marc Sztulman, sur place, qui vient de s'entretenir avec Claude Guéant, selon Alix Rijckaert, journaliste de l'AFP sur place.

08H53 - Qui vive - Nicolas Sarkozy a été en contact toute la nuit avec son ministre de l'Intérieur, sur le terrain à Toulouse, annonce l'Elysée. Le président doit présider le Conseil des ministres avant de se rendre à Montauban pour les obsèques de trois militaires tués par le "tueur au sccoter".

08H48 - "Pas d'amalgame" - Dalil Boubakeur, recteur de la Grande mosquée de Paris, estime sur iTélé qu'il ne faut "pas faire d'amalgame entre la religion musulmane à 99% pacifique, citoyenne, responsable, non violente et tout à fait intégrée dans notre pays et puis ces mini-petites franges de gens décidés à faire un mal atroce".

08H42 - Petits cercueils - La presse israélienne consacre l'essentiel de ses Unes à l'arrivée des dépouilles des victimes de la tuerie, publiant pour la plupart la photo des quatre cercueils à leur arrivée à l'aéroport Ben Gourion. "Triste retour à la maison", titre Yediot Aharonot en Une. "Trois petits cercueils", ajoute Israël Hayom.

08H37 - Préparatifs - Les corps des quatre victimes juives arrivées en Israël tôt ce matin ont été préparées en vertu du rite juif pour leur inhumation, a constaté le photographe de l'AFP Ahmad Gharabli. Ils ont été enveloppés dans un tissu traditionnel bleu et blanc pour le rabbin et ses deux fils, dans un linceul bleu marine brodé de l'étoile de David pour la petite fille.

08H29 - Enquête minutieuse - Gérard Longuet assure sur RTL que "20.000 dossiers de soldats" ont été examinés. "La première idée était: peut-être une vengeance, peut-être une rancune. Les informations liées au jihad ont été également épluchées", précise le ministre de la Défense pour qui des morts n'auraient pas pu être évitées "sauf à transformer la France en Etat policier".

08H26 - Précédent - Le suspect a déjà été arrêté à Kandahar, en Afghanistan, pour des faits de droit commun, affirme à l'AFP une source proche de l'enquête confirmant une information d'Europe 1.

08H20 - "Terroriste" - Présent non loin des lieux de la traque, le secrétaire général du Crif Midi-Pyrénées, Marc Sztulman, parle d'"un immense soulagement pas seulement pour notre communauté mais pour l'ensemble des Toulousains et les enfants qui n'auront plus peur de se promener dans la ville". "Le crime n'est pas resté impuni. Ce terroriste là ne sévira plus", ajoute-t-il avant de s'éloigner pour s'entretenir avec Claude Guéant.

08H14 - Soulagement - "Soulagement ce matin de savoir ce tueur terroriste identifié et cerné. Félicitations à nos forces de sécurité", déclare Nadine Morano, ministre UMP, ajoutant: "les enfants sont toujours des victimes innocentes, vouloir venger des enfants palestiniens en assassinant des enfants juifs c'est ignoble".

"C'est bluffant de savoir qu'il était à côté"

07h59 - Plus de démocratie -"La haine intégriste et antisémite a tué à Toulouse et Montauban. À ceux qui veulent tuer la démocratie, il faut répondre par plus de démocratie", affirme David Assouline, sénateur de Paris et secrétaire national à la communication et à la mobilisation au Parti Socialiste.

07H58 - Petite annonce - Un rendez-vous donné à la première victime en réponse à une petite annonce diffusée sur internet, pour la vente d'une moto, figurait parmi les pistes examinées par la police. Habillé en civil, le parachutiste Imad Ibn Ziaten, 30 ans, avait été tué d'une balle dans la tête le 11 mars à Toulouse.

07H57 - Adresse IP - L'enquête ayant permis de remonter au suspect des tueries de Montauban et de Toulouse a connu un coup d'accélérateur quand les policiers ont identifié l'adresse IP de son frère, selon des sources proches de l'enquête.

07H49 - "Défaire le traqueur" - Quand ils ont su que le tueur se déplaçait sur un puissant scooter TMax 530, les enquêteurs se sont rendus dans une concession Yamaha de la région. Ils ont appris que quelques jours plus tôt, "quelqu'un était venu pour demander comment défaire le traqueur", une puce permettant de géolocaliser l'engin en cas de vol, indique une source proche de l'enquête.

07H23 - Collimateur - Le suspect "était dans le collimateur de la DCRI (la Direction centrale du renseignement intérieur), comme d'autres, depuis les deux premiers attentats" de Montauban et Toulouse ayant visé des militaires, indique une source proche de l'enquête. "La police judiciaire a alors apporté un élément très précieux qui a boosté l'enquête", précise la même source.

07H19 - Surréaliste - "C'est bluffant de savoir qu'il était à côté, peut-être je l'ai croisé, peut-être je lui ai dit bonjour, c'est complètement surréaliste", confie Julie Verdier, 24 ans étudiante en art, capuche sur la tête pour se protéger de la pluie fine.

07H17 - Inimaginable - "Pour moi c'était inimaginable de penser qu'il était dans le quartier. J'ai entendu des échanges de coups de feu et tout de suite j'ai pensé au tueur en série", raconte Roland, 55 ans, qui vient de sortir du périmètre de sécurité pour partir au travail.

07H15 - Coups de feu - Les voisins du suspect, choqués, racontent comment, brutalement réveillés par des coups de feu vers 03H00 cette nuit, ils ont tout de suite compris le lien avec les tueries de Montauban et de Toulouse.

07H12 - Discussions - Des discussions sont en cours avec l'homme retranché au premier étage d'un petit immeuble, dans un quartier pavillonnaire de Toulouse, pour le convaincre de se rendre, indique le ministre de l'Intérieur, précisant que deux policiers du Raid ont été légèrement blessés au cours de l'intervention.

07H06 - Vengeance - L'homme de 24 ans soupçonné d'être l'auteur des tueries récentes dans la région se revendique d'Al-Qaïda: il dit "être un moudjahidine" et "avoir voulu venger les enfants palestiniens", révèle Claude Guéant.

06H55 - Interpellation - Le frère du suspect des tueries de Montauban et Toulouse a été interpellé, déclare le ministre de l'Intérieur Claude Guéant, sur place à Toulouse, ajoutant qu'en matière d'enquêtes judiciaires, des "vérifications" sont systématiquement faites.

EN DIRECT - Une opération du Raid est en cours à Toulouse pour arrêter le suspect des récentes tueries dans le Sud-ouest. Un homme de 24 ans se revendiquant d'Al-Qaïda est retranché dans un petit immeuble. Dans le même temps, les funérailles des quatre victimes juives ont commencé à Jérusalem. D'autres cérémonies sont prévues à Montauban en présence de la classe politique pour rendre hommage aux trois militaires tués a priori par le même "tueur au scooter".

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article