Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

Une nouvelle étude publiée dans la revue Science estime pour la première fois l'âge de la disparition généralisée des dents chez les oiseaux.

Mais qu'est-il arrivé aux dents des oiseaux ? On sait depuis longtemps que ces organismes descendent directement des dinosaures et ont présenté durant un certain temps cet attribut. On sait aussi que leur denture a disparu au cours de l'évolution. Toutefois, la période relative à cet événement est restée jusqu'à présent un mystère.

Dans le jargon des scientifiques, la perte généralisée de dents est appelée édentulisme. Une nouvelle étude, menée par une équipe internationale de chercheurs, suggère que cet épisode remonte à 116 millions d'années dans l'histoire évolutive des oiseaux. C'est l'ancêtre commun à tous les volatils modernes qui, le premier, aurait été touché par cette mutation.

Six gènes étudiés chez 55 espèces édentées

Pour en arriver à de telles conclusions, les chercheurs ont examiné les génomes de 55 espèces ayant perdu leurs dents : 48 d'oiseaux mais aussi quatre de mammifères et trois de tortues. Les ADN d'espèces témoins comme le chien, l'éléphant d'Afrique et le cachalot ont également été analysés.

Au total, six gènes ont été sélectionnés pour l'étude. Leur particularité : provoquer des défauts dans la formation de la dentine et de l'émail lorsqu'ils sont inactivés chez les souris de laboratoires. Ces gènes sont également présents chez l'homme et entrainent des problèmes dentaires lorsqu'ils sont affectés par une mutation.

Les résultats de l'analyse, publiés dans la revue Science, indiquent que les gènes sont présents chez tous les oiseaux actuels mais sous une forme inactive. Cette observation permet ainsi de conclure que l'inactivation du matériel génétique responsable de la formation des dents remonte sur l'arbre du vivant à un point antérieur à l'embranchement des volatiles modernes.

Un succès évolutif ?

Grâce à ces (...)
Lire la suite sur maxisciences.com

Commenter cet article