Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://www.atlantico.fr/sites/default/files/dynimagecache/0-292-2506-1387-662-366/ciel_0.jpg

 

Ces étoiles d'un nouveau type, qui n'a pas encore reçu d'appellation, "sont légèrement plus chaudes et brillantes que le Soleil", a précisé l'Observatoire européen astral.

 

L'Univers possède encore des millions d'inconnues. Mais à force de persévérance et de nouveautés technologies, les hommes arrivent à percevoir chaque jour un peu plus ses mystères. Ainsi, une équipe suisse d'astronomes a découvert un nouveau type de ces étoiles à la luminosité changeante. Alors qu'habituellement, ces astres sont plus connus pour être "variables" ou "pulsantes". Cette découverte, publiée mercredi dans la revue Astronomy and Astrophysics, s'appuie sur l'observation régulière de plus de 3 000 étoiles situées dans l'amas NGC 3766,. Et ce durant sept ans. Elle a été réalisée par une équipe d'astronomes de Genève, grâce au télescope suisse Euler, installé à l'Observatoire de La Silla (Chili) appartenant à l'Observatoire européen austral (ESO).

 

Et parmi ce regroupement d'étoiles, l'équipe de Nami Mowlavi a recensé, pour la première fois, un groupe de 36 étoiles présentant "d'infimes variations de leur luminosité, de l'ordre de 0,1% de la brillance normale des étoiles", a indiqué l'ESO dans un communiqué. La périodicité de ces variations est comprise entre deux et vingt heures. Ces étoiles d'un nouveau type, qui n'a pas encore reçu d'appellation, "sont légèrement plus chaudes et brillantes que le Soleil", a précisé l'ESO. "L'existence même de cette nouvelle classe d'étoiles variables constitue un défi pour les astrophysiciens", a expliqué Sophie Saesen, une des astronomes de l'équipe. "Les modèles théoriques actuels prévoient que leur lumière n'est pas censée varier périodiquement, nos efforts consistent donc à mieux connaître le comportement de ce tout nouveau type d'étoiles".

 

Mais pour le moment, l'origine de leur variation reste inconnue. Cependant, les scientifiques ont observé que quelques-unes semblent être dotées d'une rotation rapide. Ainsi, elles tournent à des vitesses correspondant à plus de la moitié de "leur vitesse critique" (seuil à partir duquel les étoiles deviennent "instables" et éjectent leur matière dans l'espace). "Dans ces conditions, la rotation rapide aura un impact important sur leurs propriétés internes, mais nous ne sommes pas encore capables de modéliser leurs variations de luminosité", a expliqué Nami Mowlavi.

Commenter cet article