Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

Un fossile d'ichtyosaure montre une mère et trois petits à trois stades différents de la naissance. Découvert en Chine, ce spécimen de chaohusaurus semble indiquer que les reptiles marins du Trias revenaient sur la terre ferme pour mettre bas. Cela changerait considérablement nos connaissances sur la viviparité des dinosaures.

 

 

C'est une photo de naissance immortalisée dans la pierre. Un fossile de reptile marin montre ce qui ressemble bel et bien à une naissance en direct. La mère est accompagnée par trois très jeunes individus : un encore dans son ventre, un au niveau de son bassin et un déjà à l'extérieur. L'article scientifique a été publié le 12 février dans la revue en ligne PLoS ONE.

 

Le reptile marin en question est un chaohusaurus. Il s'agit de la plus ancienne espèce d'ichtyosaure connue du Mésozoïque, l'ère géologique étendue entre il y a 252 et 66 millions d'années et qui comprend le Trias, le Jurassique et le Crétacé. Les chaohusaurus vivaient au début du Trias, il y a environ 248 millions d'années.

Contrairement aux ichtyosaures qui ressemblaient un peu à des dauphins ou des poissons, ces reptiles ne possédaient pas d'aileron dorsal, ni de nageoire caudale bien développé. Les chaohusaurus déplaçaient donc en ondulant un peu comme des anguilles. D'après les observations des paléontologues, le spécimen adulte retrouvé devait mesurer un peu plus d'un mètre de long.

 

Le fossile en question a été découvert en Chine par une équipe de l'université de Californie. Il recule de 10 millions d'années le plus ancien cas connu de fossile avec des embryons d'ichtyosaures. Si l'aspect "cliché instantané" fascine, ces restes préhistoriques apportent également de précieuses informations scientifiques.

 

L'oeuf ou le dinosaure

Il était déjà connu que ces reptiles marins ne pondaient pas d'oeufs, mais le fait que le petit en train de naître sorte la tête la première étaye une hypothèse importante (...)
Lire la suite sur maxisciences.com


 

Commenter cet article