Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Scientifique

Conforama a devancé l'expérimentation sur l'affichage énergétique des produits de consommation courante

CONSOMMATION - Le ministère du Développement durable a annoncé le lancement d’une phase de test pour l'étiquetage environnemental des produits de consommation courante…

Après la classe énergétique des produits électroménagers, puis des biens immobiliers, bientôt celle de vos jeans, yaourts et lessives? A partir du 1er juillet prochain, 168 entreprises, sélectionnées après un appel à candidatures lancé par le ministère du Développement durable, expérimenteront l’affichage environnemental sur un millier de produits. Parmis les entreprises on trouve Leroy-Merlin, Monoprix, Picard Surgelés, SFR, Sephora... Tous les secteurs, de l’alimentation au textile, seront concernés. Cette phase de test durera un an, avant la généralisation progressive de ces nouveaux critères à l’ensemble des produits.

Mais entre-temps il faudra se mettre d’accord sur cette nouvelle étiquette. Devra-t-elle se situer sur le produit lui-même, ou plutôt sur le rayon, ou alors sera-t-elle «dématérialisée» c’est-à-dire renvoyée sur un site Internet dédié? «Ce sera sans doute un mix de tout cela», dit-on au ministère. Il faudra surtout déterminer ce qui figurera sur cette étiquette. «La simple indication de l’émission de CO2 ne saurait être suffisante», prévient Michèle Pappalardo, commissaire générale au développement durable. Selon les produits les entreprises devront indiquer leur impact sur la qualité de l’eau, sur la biodiversité… Les associations environnementales et de consommateurs insistent cependant sur la nécessité que ces informations soient «visibles, compréhensif et fiables». C’est pourquoi l’étiquette pourrait être simplifiée à l’extrême, avec une note générale, et pourrait renvoyer vers un site Internet qui donnerait davantage d’explications.

Conforama a déjà démarré l’expérimentation

Conforama est la seule entreprise française à avoir devancé l’appel. La chaîne d’ameublement a commencé l’expérimentation sur 118 produits dans ses magasins, depuis quelques semaines. «L’affichage environnemental est devenu un critère décisif d’achat, on l’a vu avec l’électroménager» indique le PDG de l’entreprise Thierry Guibert. «Mais cet affichage requiert un certain nombre d’informations parfois lourdes à aller collecter, notamment auprès de certains de nos fournisseurs.» Les associations environnementales, comme France nature environnement, espèrent en tout cas que «l’information donnée aux consommateurs fera basculer le marché, et donc la production des produits vers davantage de prise en compte du facteur environnemental.»

Entre la phase de test et la finalité, l’étiquetage environnemental sera sans doute amené à évoluer. «Plusieurs solutions vont être expérimentées», insiste Michèle Pappalardo, qui prévient également qu’il ne faut pas «s’attendre à un changement de comportement des consommateurs immédiat.»

Mickaël Bosredon  
20minutes.fr
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article