Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://img0.gtsstatic.com/internet/on-s-arrache-les-extensions-en-xxx_66772_w460.jpg

 

L'extension sur internet .xxx fait des envieux, et pas que dans l'industrie pornographique. Les sites grand public essayent en effet de protéger leurs noms.


Pour ne pas voir leurs noms associés à des sites pornographiques des universités américaines, des musées, des multinationales et même le Vatican sont prêts à payer à prix d'or les noms de domaine internet avec le suffixe .xxx. "A la base, on essaie de protéger le nom et la marque de l'Université, pour éviter que des gens s'en servent d'une façon qui ne nous plairait pas", confirme à l'AFP Robert Sanders, le porte-parole de l'Université de Californie à Berkeley. Celle-ci a, en dépit de ses difficultés budgétaires liées aux finances dégradées de l’État, déboursé déjà 1 200 dollars (920 euros) pour prendre le contrôle de extensions. Elle a ainsi accepté de payer un forfait annuel de 102 dollars, soit 78 euros, pour le site "calbears.xxx" afin que personne ne puisse l'utiliser, mettant à mal le surnom de son équipe de football américain, les Golden Bears.

 

Et elle n'a pas été la seule. L'Université du Kansas s'est plainte publiquement d'avoir dû dépenser près de 3 000 dollars, soit 2 300 euros, pour protéger une série de noms comme "KUgirls.xxx" et "KUnurses.xxx". Chaque nom de domaine coûte 200 dollars, 150 euros, pour un droit d'utilisation valable pendant dix ans. La vente des adresses a commencé la dernière semaine. La société ICM Registry, qui gère l'attribution des noms de domaine en .xxx, a priori destinés aux sites pornos, a permis à d'autres utilisateurs du web de sécuriser les adresses liées à leur nom. Elle a enregistré près d'un million de visites par jour sur le site buy.xxx ! La procédure y est expliquée en détail.

 

Selon le service de référencement de sites WHOIS Lookup, le Louvre, Coca-Cola, Sony ou encore l'AFP ont déjà réservé des adresses pendant les 30 jours avant l'ouverture générale de la vente. "Ces noms ne sont pas bloqués, ils sont seulement achetés pour que personne d'autre ne les achète", explique une porte-parole d'ICM Registry, Loren Pomerantz. "Avant le lancement, des gouvernements ont aussi pu suggérer des noms devant être réservés, généralement des noms de responsables politiques ou des noms culturellement sensibles". Certains noms se vendent plus chers que d'autres et font l'objet de véritables enchères...  le domaine gay.xxx a ainsi été adjugé pour plusieurs centaines de milliers de dollars.

 

La création d'adresses avec le suffixe .xxx a été autorisée en mars par l'organisme chargé de réglementer les noms de domaine de l'internet, l'Icann, pour les sites à contenu pornographique. C'est la société de sécurité informatique McAfee qui assurera la surveillance quotidienne du domaine et rendra ces sites plus sûrs pour les utilisateurs. Et selon ICM Registry, la concentration des sites pornographiques sur le .xxx permettra de mieux les identifier... et sûrement de mieux les surveiller.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Maurice G. 16/12/2011 21:48


eh ben !


ça voit que le xxx rapporte toujours


bonne soirée