Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Scientifique

L'association Agir pour l'environnement vient de publier les résultats d'une enquête sur 408 dentifrices. Près des deux tiers contiendraient du dioxyde de titane, dont l'effet sur la santé est encore mal connu.

L'association Agir pour l'environnement dénonce la présence de dioxyde de titane dans une majorité des dentifrices. Elle a étudié 408 dentifrices dont 59 pour enfants, vendus en grandes surfaces, en pharmacies et parapharmacies et dans les magasins bios. Parmi ces produits, il apparaît que deux dentifrices sur trois contiennent du dioxyde de titane, dont 25 bios. Elle demande que ce produit soit retiré des dentifrices et des médicaments. La secrétaire d’État à la Transition écologique Brune Poirson avait annoncé la suspension de l'utilisation du dioxyde de titane dans les produits alimentaires. Le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, avait refusé de signer l'arrêté de suspension. Il a depuis fait marche arrière et se serait engagé à suspendre l'utilisation du dioxyde de titane d'ici à la mi-avril.

Des nanoparticules dans les dentifrices : quels risques pour la santé ?

Le dioxyde de titane, parfois noté E171, est utilisé notamment pour son aspect colorant blanc. Il fait partie des nanoparticules. D'une dimension inférieure à 100 nanomètres, leurs effets sont encore mal connus. Mais leur petite taille facilite leur pénétration dans notre organisme, ce qui inquiète le milieu des associations de défense des consommateurs et de l'environnement. Selon une étude conduite de l'Inra et relayée par Le Monde, leur ingestion pourrait provoquer des troubles immunitaires et des lésions précancéreuses. Bien que les résultats de l'étude en laboratoire ne soient pas directement transposables aux humains, les scientifiques appellent à la prudence.

L'association a mis en place une plate-forme pour identifier les dentifrices qui contiennent du dioxyde de titane : https://dentifrice-infoconso.agirpourlenvironnement.org/.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article