Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

Selon une étude publiée dimanche, des scientifiques ont identifié la présence de quatre nouveaux gaz polluants dans l'atmosphère. Ces derniers auraient été libérés par l'activité humaine et auraient un effet destructeur sur la couche d'ozone.

 

 

 

C'est une découverte préoccupante que viennent d'annoncer des chercheurs internationaux dans la revue Nature Geoscience. Au cours d'une nouvelle étude publiée dimanche, ces derniers ont identifié la présence dans l'atmosphère de quatre gaz qui n'avaient jusqu'ici jamais été repérés. Des polluants qui auraient un effet destructeur sur la couche d'ozone pourtant précieuse.

 

Les gaz ont été détectés en analysant des échantillons d'air piégés dans des carottes de neige au Groenland ainsi que d'autres collectés entre 1978 et 2012 en Tasmanie, dans une région non polluée. D'après les analyses, il s'agit de trois gaz fluorés appartenant à la famille des chlorofluorocarbones (CFC) et un autre appartenant à la famille des hydrochlorofluorocarbones (HCFC). Les CFC étaient largement utilisées dans les années 1980 notamment dans les systèmes de réfrigération et les aérosols.

 

Mais leur nocivité pour l'atmosphère a conduit à interdire progressivement leur production et leur utilisation dans les années 2000, grâce au protocole international signé en 1985 à Montréal. Ceci a permis de réduire considérablement les émissions qui s'élevaient à plusieurs millions de tonnes dans les années 80. Les HCFC eux, sont encore utilisés dans les réfrigérateurs, les aérosols, ou les climatiseurs et sont également en passe d'être interdits.

 

74 000 tonnes de gaz

Malgré leur utilisation réduite voire interdite, ces gaz étant stables, ils continuent de s'accumuler dans l'atmosphère. "Ces gaz restent plusieurs dizaines d'années dans l'atmosphère. La concentration des gaz interdits dans les années 1980 commence par exemple à peine à baisser", explique (...)
Lire la suite sur maxisciences.com


 

Commenter cet article