Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Scientifique

Les fraises et les tomates sont parmi les fruits les plus consommés au monde. Pourtant, de nombreuses persnnes y sont allergiques. Des allergies qui, selon deux études scientifiques, pourraient être minimisées.

Démangeaisons, nez qui coule, maux de ventre. Les symptômes d’une réaction allergique aux fraises ou aux tomates sont variés. Ils surviennent généralement plutôt après la consommation de fruits frais. Et de précédentes études ont établi que ces réactions sont dues à la présence dans ces fruits, de plusieurs protéines distinctes.

Parmi elles, des chercheurs de l'université de Munich (Allemagne) se sont plus particulièrement intéressés à deux protéines - une pour les fraises (Fra a 1), l'autre pour les tomates (Sola I 4) -, identifiées comme les allergènes principaux. Leur objectif : déterminer dans quelles mesures leur concentration peut varier d'un fruit à l'autre.

Des allergènes sensibles à la chaleur

Pour ce faire, ils ont analysé 23 variétés différentes de tomates et 20 variétés de fraises. Conclusion, la teneur en allergènes dans ces fruits est extrêmement variable selon la variété. Les tomates Rigantina ou Rihanna et les fraises Elianni ou Elsanta en contiennent, semble-t-il, le moins.

Autre découverte, peut-être un peu plus surprenante, certaines conditions de culture ou de traitement influent, elles aussi, sur le potentiel allergisant de ces fruits. Ainsi les fruits exposés à la chaleur durant le processus de séchage présentent-ils des concentrations en allergènes moindres. De quoi confirmer peut-être la sensibilité des protéines incriminées à la chaleur. En revanche, le fait de cultiver fraises ou tomates selon les principes de l'agriculture biologique ou non semble peu influer.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article